Athlétisme : Le second souffle de l’athlétisme djiboutien…

Athlétisme : Le second souffle de l’athlétisme djiboutien…

- in News, Sports
1423
0
script async src="//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js">

La République de Djibouti est née le 27 juin 1977. Bien après la Victoire historique d’Abebe Bikila aux Jeux Olympiques de Berlin en 1936. Coincé entre l’Ethiopie et la Somalie, ce petit pays est arrivé à se faire un nom dans la course à pied dans les années 80/90.

Avec Ahmed Salah comme locomotive et Robleh Djama et Charmarké Abdillahi comme colistiers. Hiroshima. Tokyo. Séoul … on se souvient encore de ces marathons haletants comme des thrillers qui ont très tôt cristallisé l’émotion patriotique des Djiboutiens. C’était la période de gloire avec des médailles internationales (Jeux olympiques et championnat du monde d’Athlétisme). Une période qui se clôture avec la remise par le Comité International Olympique (CIO) au milieu des années 90 à Ahmed Salah d’une médaille honorifique pour la longévité de sa carrière dans le haut niveau.

Après les marathoniens, une génération des pistards. Puis, il y a eu les années sans. Sans médaille. Sans champion. Sans prestige. Une époque de sevrage et de frustration pour les Djiboutiens.

Les éthiopiens et les Ougandais venaient en terre Djiboutienne pour remporter la «timbale » à chaque édition du Semi-marathon de Djibouti. Entre temps, une nouvelle génération des dirigeants s’est mise en place dans les instances du sport et de l’athlétisme en particulier.

Un travail de fond faut entrepris. La volonté politique sans laquelle aucune avancé n’est possible a soutenu le nouveau programme pour une renaissance de l’athlétisme djiboutien.

Centre de formation à Ali-Sabieh. Stages et perfectionnement à l’étranger. Soutien à la participation de nos athlètes à tous les coups à l’étranger. Et cette politique de longue haleine à payé.

Ayanleh Souleiman, Moumin Guelleh et His Bachir ont permis aux djiboutiens de réentendre l’hymne national lors des veillés athlétiques internationales.

A la génération exceptionnelle des marathoniens a succédé une génération des pistards. Le demi-fond est leur spécialité. Ils courent vite et bien. Et les victoires s’égrènent au fil des compétitions.

Une génération d’athlètes épaulés psychologiquement par leurs aînés. Une génération soutenue par tout un peuple pour lequel ils sont devenus les meilleurs ambassadeurs sous toutes les latitudes.

La chance d’Ayanleh Souleiman, de Moumin Guelleh et de His Bachir (ainsi que de tous
ces jeunes coureurs qui ont fait leurs premières armes aux Jeux Panarabe) est d’être arrivés à maturité dans une période de bonne gouvernance et de croissance économique. Et surtout de disposer de l’entourage technique et des structures de sport adéquats. Rappelez-vous le nombre des coureurs perdus parce que partis trouver ailleurs les bons conditionnements d’entraînement.

L’athlétisme djiboutien a trouve son second souffle…

Désormais, l’athlétisme djiboutien est promis à un fabuleux destin. Sans chercher à interférer dans la mission du Secrétariat d’Etat à la Jeunesse et aux Sports et dans la stratégie de la Fédération Djiboutienne d’Athlétisme, indiquons ici qu’il importe d’amplifier sur le terrain les grandes ligues de leur politique.

Mettre en place des structures d’hébergements, d’étude et d’entraînement des athlètes (construire dans la région du Day un centre de haut niveau sport / Etude par exemple).

Susciter un sponsoring de qualité auprès de la communauté des affaires de la place pour l’ensemble des athlètes et individuellement. Pourquoi ce serait seulement aux coups constitués de subvenir aux besoins de nos athlètes ?

Et poursuivre les efforts de détection chez les jeunes du pays… Car le Ahmed Salah et le Ayanleh Souleiman de demain sont là, sous nos yeux attendant juste qu’on les découvre !
Dans ce pays au climat rude, ont naît athlète…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may also like

Djibouti: Discours du président Ismail Omar lors de l’inauguration du port 24/5/2017